Urban morphogenese

Cette étude cherche à établir la validité et les limites de l’usage de modèles informatiques pour comprendre le développement de bidonvilles, mais aussi cherche à démontrer l’intérêt de son usage à des fins éducatives afin de faire prendre conscience à ses acteurs, les enjeux de leur choix constructifs et d’implantations et la résolution de problèmes de voisinage.
L’étude s’intéresse à comprendre les mécanismes qui permettent à des développements spontanées de générer des formes urbaines homogènes, qui à partir de contraintes ultra-locales engendrent des corps urbains structurés. Elle tente d’ouvrir la voie à une gestion urbaine non planifiée (les développements urbains spontanés étant plus rapides que les planifications), mais orchestrée à partir de règles ultra-locales, par le décryptage et la modélisation des “génocodes” cachés du développement: génotype et phénotypes du contexte social et physique. Et ainsi de transférer les outils et la responsabilité de la forme urbaine du “designer” à l’habitant.